Le Pendule De Foucault

Le Pendule de Foucault est souvent cité comme preuve d’une Terre en rotation sur elle même mais, malheureusement pour les globistes, cette expérience ne prouve absolument rien.

 

Il est vrai que son principe est assez bluffant la première fois qu’on le voit en fonctionnement avec le plan terrestre qui se déplacerait sous un balancier néanmoins cet argument ne résiste pas face à une analyse un peu plus poussée.

 

 

Au premier coup d’oeil, cela semble normal. Au second regard, cela a l’air bizarre. Quand vous l’examinez vraiment, cela est impossible.

A l’aube de la seconde moitié du 19ème siècle, la rotation de la Terre n’était toujours pas prouvée scientifiquement. Il faudra toute l’ingéniosité du physicien Léon Foucault (1819-1868) pour concevoir un instrument qui, même s’il n’a pas fini de diviser la communauté scientifique, allait apporter la première réponse concrète à une interrogation remontant à quelques centaines d’années. Il a été imaginé pour fournir une preuve directe de la rotation de la Terre.

Foucault fit une première démonstration de son pendule en 1851 à l’Observatoire de Paris. L’événement était considérable et il fut décidé d’en faire des démonstrations publiques dans un décor des plus prestigieux. Un mois plus tard, à la demande de Louis Napoléon Bonaparte, la foule parisienne afflua au Panthéon pour voir osciller ce fameux pendule. Dans son invitation aux habitants de la capitale, le scientifique avait tout résumé : « Venez voir tourner la Terre ! ».

Plus d’un siècle après, une reproduction de ce pendule est de nouveau accrochée au dôme du Panthéon. En effet, une importante campagne de restauration de ce monument a été initiée en 2013. La pendule du Panthéon n’est qu’une reproduction, l’original étant conservé au Musée des Arts et Métiers. C’est donc dans un dôme totalement restauré qu’a été réinstallé le pendule en 2015 là où il avait été présenté au public en 1851.

Pour les amoureux des chiffres et de la numérologie en général, on pourra noter qu’il aura fallu 33 ans pour construire cet emblématique monument parisien entre 1757 et 1790.

Un pendule sous la voûte de l’Eglise de Saint-Martin-des-Champs (Finistère – France).

Le pendule de Foucault est une insulte à la raison car le modèle du globe qui nous a été enseigné dit que tout objet situé en dessous de l’atmosphère terrestre suit automatiquement la rotation de la terre.
C’est la raison pour laquelle on ne peut pas monter en altitude avec un hélicoptère et attendre que la terre tourne en dessous de nous pour atterrir à destination ! 😀
Pourquoi le pendule de Foucault serait-il l’exception à cette règle ? Pourquoi tout objet suivrait le mouvement de rotation terrestre sauf lui ? A un moment donné, il faudrait peut être tout de même lever les yeux, les enlever de son portable et penser à ces phénomènes, que tout le monde prend pour vérités absolues, de manière différente, ainsi que se poser les bonnes questions au lieu de subir cette routine qu’ils nous imposent et que les aveugles cautionnent ! 😀 😉

 

 

« Pendant que le pendule oscille dans une direction fixe, la Terre tourne sous le pendule. »

La terre tourne sous le pendule de Foucault mais pas sous les avions ? Où est passé votre esprit critique ?… 😮 😀

Ils parlent de dérive des continents… Ils sont capables de bouger comme s’ils flottaient sur un fluide mais si la terre était sphérique et qu’elle tournait sur elle même en une journée (ne prenons que cette vitesse, car d’autres mouvements existent THÉORIQUEMENT…), les continents ne devraient-ils pas tous se retrouver à l’équateur ?
La force centrifuge ne devrait-elle pas déplacer tous les continents situés aux pôles vers le milieu de cette sphère ? C’est une question que nous sommes en droit de mettre sur la table mais, de toute manière, à quoi bon de parler de ce système héliocentrique imaginaire ? Il est plutôt nécessaire se concentrer sur le modèle géocentrique où la terre est stationnaire.

Dans le courant des années 50, Maurice Allais s’intéresse à l’influence des champs gravifiques et magnétiques sur le mouvement d’un pendule de sa fabrication : le pendule para-conique. Au cours de ses expériences, il détecte des régularités inexpliquées de périodicité luni-solaire. En effet, lors des éclipses, le comportement du pendule de Foucault est perturbé.

Il dévie plus vite que la normale et peut même changer de sens de rotation, il tourne donc dans le sens horaire et parfois dans le sens antihoraire. Certaines fois, il ne parvient pas à tourner et il arrive même qu’il tourne beaucoup trop.

 

Le comportement du pendule dépend en réalité :
– De la force initiale nécessaire à son démarrage.
– De la boule, du joint à rotule et de la fixation du pendule qui facilitent grandement ce mouvement circulaire.

La machine est démonstrative à condition d’être positionnée exactement sur l’axe de rotation du globe, ce qui n’est jamais le cas. En effet, nous trouvons ces pendules en différents points de la terre et ils donnent officiellement tous le même résultat ! 😀
Si la supposée constante rotation de la terre (?) affectait le pendule de quelque façon, alors personne ne devrait pas avoir le besoin de le démarrer manuellement. Il est strictement impossible qu’un pendule tourne dans une direction puis dans la direction opposée sur le même emplacement. La terre tourne-t-elle au même moment dans des directions opposées à différents endroits ? 😀

La force électromagnétique terrestre joue un rôle évident dans le mouvement de ce pendule. Le fait qu’on utilise toujours des pendules en métal et l’effet Allais peuvent en être une preuve.

Nous pouvons donc en conclure que la supposée rotation de la Terre est complètement sans conséquences et sans rapport avec l’oscillation du pendule. Les explications des « scientifiques » tombent complètement à l’eau. Il est de plus en plus évident que notre monde est un plan fixe et plat. Ce n’est pas le pendule de Foucault mais plutôt la FRAUDE de Foucault.

 

Certes, il sera facile d’objecter que les platistes sont plus ou moins demeurés, qu’ils ne seront peut être jamais de « vrais scientifiques », qu’ils ne réfléchissent pas d’avantage mais, là encore, cela restera à démontrer.

Partager