Les Saisons Sur Terre Plane

Certains globistes restent bloqués à l’idée d’une terre plane car ils ne comprennent pas comment les saisons pourraient se réaliser si la terre est stationnaire alors qu’il suffit de prendre des photos sur une année entière, au même endroit, avec un trépied et de faire un montage pour voir l’analemme du soleil se dessiner dans le ciel.

Ce 8 représente sa course entre les 2 tropiques que nous connaissons tous.

C’est une preuve vérifiable par vous mêmes avec votre propre matériel, chose que vous ne pouvez pas faire avec la théorie du globe et que, bien sûr, vous ne ferez jamais car ce n’est qu’une théorie Jésuite qui vous a totalement changé votre vision du monde.

Ce soleil, aussi mystérieux soit-il, ne s’arrêtera pas de tourner… son analemme, qui forme un 8 dans le ciel, représente l’infini.

Nous constatons qu’une boucle se trouve être plus grosse que l’autre et cela n’a strictement aucun sens sur un globe mais beaucoup plus sur une Terre plane avec un Sud plus large. Ce Sud plus vaste est évidemment évoqué sur la page parlant de l’Antarctique.

Le Soleil tourne autour de la circonférence de la Terre toutes les 24 heures, voyageant régulièrement chaque jour de l’équateur pendant l’équinoxe de printemps de mars jusqu’au tropique du Cancer au solstice d’été de juin, redescendant à l’équateur pour l’équinoxe d’automne de septembre et tout le chemin jusqu’au tropique du Capricorne au solstice d’hiver de décembre.

Le 21 juin, le soleil se situe au dessus du tropique du Cancer. C’est l’été dans le Nord du Monde, en l’occurrence en France ou au Canada… et c’est donc l’hiver dans le Sud (Afrique du Sud, Argentine, Australie…). C’est également le jour le plus long de l’année.

 

 

Le 21 septembre, c’est l’automne en France. Les jours raccourcissent car le soleil se trouve maintenant au dessus de l’équateur. Les feuilles commence à tomber, les oiseaux partent vers des pays plus chauds, au Sud, pour passer paisiblement l’hiver.

Le 21 décembre, le soleil tourne au dessus du tropique du Capricorne, c’est l’hiver en France et dans le Nord en général. Il est donc au plus loin de nous, ce qui explique que c’est le jour le plus court de l’année. Cela corrobore également les températures basses que nous subissons dans le Nord à partir de début novembre. Pendant cette période, en France, nous constatons un soleil se trouvant plus bas en altitude. Cela s’explique parfaitement avec la perspective car, en effet, plus un objet sera loin de nous et plus il descendra dans le ciel.

 

 

 

Le 21 mars, le soleil revient au dessus de l’équateur ce qui explique le rallongement progressif des journées dans le Nord avec ce soleil se rapprochant du pôle Nord donc du centre du Monde. Les feuilles poussent, les oiseaux chantent, cela annonce logiquement le printemps en France et, à l’inverse, l’automne en Australie.

Le 21 décembre, le soleil fait sa course au dessus du tropique du Capricorne donc il serait au plus proche du dôme. Il se refléterait dedans ce qui expliquerait les longues journées à Ushuaïa et dans le Sud en général.

 

Le 21 mars, il se trouve juste au dessus de l’équateur, il se déplace vers le centre de la Terre (Pôle Nord). Il s’éloignerait donc du dôme, ce qui impliquerait qu’il y a moins de réfraction sur celui ci.

 

Le soleil se situe au dessus du tropique du Cancer le 21 juin donc il n’y aurait pas ou peu de réfraction. Cela est en total accord avec les vérifications que la chaîne YouTube « Sciences et Lumière » a réalisé et qui ne possède que 59 abonnés à l’heure où je vous parle (09/08/18)… Je vous invite à aller voir ses vidéos et à vous y abonner, si vous avez un compte. 😉

Cette inclinaison de 23 degrés en moyenne de cette Terre sphérique imaginaire est, que vous le vouliez ou non, strictement invérifiable. On pourra noter, par ailleurs, que 23 représente le chiffre des Illuminati, il n’a pas été choisi au hasard. C’est une hypothèse ad’hoc qui vient se coller à d’autres théories toutes invérifiables pour que les saisons puissent être expliquées sur un globe tourbillonnant dans l’espace. Les moines Jésuites ont imaginé un système totalement loufoque, avec cet énorme soleil au centre de tout notre système, qui pourrait fonctionner par rapport aux phénomènes que nous percevons tout au long de l’année.

 

Le genre d’arguments apparemment très crédibles, très scientifiques sur la lumière, les photons, sur l’incidence angulaire du taux de rayonnement donc de chaleur ne me parlent vraiment plus. La nature des saisons est infiniment plus parlante, plus rationnelle sur une Terre plate avec son soleil local circonvolutionnant dans un analemme annuel autour du pôle Nord.

 

En été, cette lampe explique aisément que, même en dépit des nuits et de leur rafraîchissement, les températures restent assez chaudes ou si agréables pour profiter du Monde extérieur et s’habiller plus léger. Au contraire, l’hiver, notre beau soleil tourne bien plus loin, nous réchauffant juste ce qu’il faut mais également moins longtemps dans la journée.

Le cercle Antarctique ainsi que le dôme se trouvant plus loin agissent comme un miroir réfléchissant les rayons solaires.

Selon la position du soleil et les différents angles d’incidence, nous voyons que les zones éclairées sont bien différentes.

Arrivez-vous à faire les liens de causalité entre nos saisons, le parcours du soleil et les textes religieux ? 😉

 

A partir du solstice d’été et jusqu’au solstice d’hiver, les jours s’écourtent et se refroidissent. Vu de l’hémisphère Nord, le soleil semble s’éloigner vers le Sud pour devenir petit et faible. Le raccourcissement des jours et l’expiration des récoltes à l’approche du solstice d’hiver symbolisait pour les anciens le processus de la mort. C’était la mort du soleil.

 

Le 22 décembre, le déclin du soleil était donc complet, car ayant voyagé vers le Sud continuellement pendant 6 mois, le soleil arrive au point le plus bas dans le ciel. Cela s’explique par l’effet de perspective qui fait que plus un objet se trouve loin de l’observateur, plus il sera bas dans le ciel et, inversement, plus il se situe proche et plus il sera haut. Un phénomène étrange se produit alors : le soleil semble cesser sa progresse, sa descente vers le Sud pendant 3 jours.

 

Durant cette période, le soleil se situe à proximité de la constellation de la Croix du Sud. Ensuite, le 25 décembre, il se décale mais cette fois-ci vers le Nord présageant des jours plus longs, la chaleur et le printemps.

« Le fils mourut sur la croix. Mort durant 3 jours, il ressuscita. »

 

Jésus mort sur la croix pourrait en effet représenter véritablement le processus du soleil… et cette fameuse croix, la croix du Sud ! Voilà pourquoi Jésus et de nombreux autres Dieux solaires partagent ce concept de crucifixion, des 3 jours de mort et de la résurrection. Cette « mort » et cette « résurrection » du soleil est vitale, ce phénomène doit avoir lieu pour que la Terre puisse être un lieu de Vie. C’est la transition du soleil juste avant son changement de direction pour retourner dans l’hémisphère Nord et amener le printemps, donc le salut.

Jean 19:5
Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : Voici l’homme.
(Louis Segond Bible)

Cependant, ils ne célébraient pas la résurrection du soleil avant l’équinoxe de printemps, soit Pâques, parce qu’à ce moment, le soleil vainc officiellement les ténèbres maléfiques puisqu’alors les journées deviennent plus longues que les nuits et les conditions revitalisantes du printemps émergent. Pâques n’est pas seulement une fête religieuse, elle est également une fête païenne et représentait autrefois la célébration du printemps, de la renaissance et du retour de la lumière après les longs et tristes mois d’hiver. Pour les chrétiens, Pâques évoque avant tout le souvenir de Jésus-Christ soit disant mort et ressuscité autour de l’an 30 à Jérusalem au moment de la Pâque juive. Une foule de témoins aurait assisté à son supplice, le voyant expirer. Personne n’a pu douter de sa mort étant donné qu’un soldat lui aurait transpercé le cœur avec le fer d’une lance. Son corps aurait été descendu de la croix et enveloppé dans des linges puis déposé dans un tombeau obstrué en faisant rouler une lourde pierre. Trois jours plus tard, des femmes qui seraient venues pour embaumer son corps auraient retrouvé le tombeau du Christ complètement vide si bien qu’ils pensèrent qu’il fut ressuscité d’entre les morts. Néanmoins, aucun témoin direct n’aurait assisté à ce phénomène inouï. Croire que le Christ a triomphé de la mort n’est pas une option pour un chrétien, même si aujourd’hui, cela tend à être plus difficile à croire. C’est une difficulté suscitée y compris parmi les baptisés. Sans doute est-ce une conséquence de cette culture qui imprègne l’Occident et qui tend à disqualifier toute forme de transcendance ?..

Jésus naquit de la Vierge Marie le 25 décembre à Bethléem. Sa naissance fut annoncée par une étoile à l’Est, que 3 rois suivirent pour trouver et adorer le nouveau sauveur. Or, cette séquence natale est entièrement astrologique : cette étoile à l’Est est Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel qui, le 24 décembre, s’aligne parfaitement avec les 3 étoiles de la ceinture d’Orion. Ces 3 étoiles appelées « les 3 rois » et l’étoile la plus brillante Sirius, pointent toutes dans la direction du lever du soleil le 25 décembre. C’est pourquoi les 3 rois suivent l’étoile à l’Est pour localiser le lever du soleil, la (re)naissance du soleil.

Petit clin d’oeil dans le film The Truman Show avec Sirius qui tombe du ciel sur Truman (Jim Carrey) ^^

La vierge Marie représenterait en réalité la constellation de la Vierge qui se trouve être aussi nommée la Maison du Pain. Sa représentation est une vierge portant une gerbe de blé, ce qui symboliserait août et septembre, la saison des récoltes. Bethléem, se traduisant littéralement Maison du Pain, fait donc référence à la constellation de la Vierge, un endroit dans le ciel et non sur Terre !

 

 

Jésus est toujours dépeint dans l’iconographie avec une croix cerclée autour de la tête car Jésus est le soleil ! Le fils de Dieu, la Lumière du Monde, le Sauveur Ressuscité qui va revenir… ainsi qu’il le fait depuis l’aube de la création, chaque matin, avec sa couronne d’épines qui symbolisent les rayons du soleil.

 

 

Jean 3:12-13
Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?
Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel.
(Louis Segond Bible)

 

Tout ces éléments ont du sens quand on se rend compte que Jésus ne serait que le Soleil et… dans le « bon sens » s’il est encore utile de souligner… Certes, vous aviez peut être déjà lu, entendu des éléments sur la symbolique de Jésus incarnant le Soleil mais peut être jamais ainsi ramené à la Terre Plate, à notre belle pizza œcuménique ^^ La croix du Sud, les 3 Rois-Orion, Sirius… vous avez donc rendez vous tous les 24 décembre avec ce bel alignement.

 

Matthieu 28:6
Il n’est pas ici ; car il est ressuscite, comme il l’avait dit. Venez, voyez le lieu où le Seigneur gisait.
(Darby Bible)

 

À présent, il faudrait trouver si quelque chose de semblable inscrit dans le ciel cet accomplissement du Jour le Plus Long (666 – le 06 juin à 6H00 du mat’ ^^), le 21 juin avec notre Soleil bloqué pareillement sur la même latitude. Quoi qu’il en soit, tout cela me semble très intéressant et je ne peux m’empêcher de penser que l’impact du fait religieux n’est, en somme, que ce ressenti inconscient de la Réalité qu’on nous cache et qui nous façonne, les croyants ne jurant que par Dieu, lequel n’est qu’une image, la symbolique humaine de la Réalité Terrestre et Planétaire, voire ce Jardin d’Eden que l’on nous a confisqué…

Merci au site www.la-croix.com, à Lulu, Templarii, Numéro 6, Roch Sauquere ainsi qu’au magazine Top Secret.

Partager